Aller au contenu
Aller au menu
Aller à la recherche
Aller au pied de page

Projets financés

SP3A

Préservation des sols viticoles méditerranéens et amélioration de leurs fonctions de régulation des flux d’eau et de matières associées : outils de modélisation pour le choix de pratiques adaptées
Responsable Scientifique: 

Patrick Andrieux

Organisme: 
UMR Lisah - INRA/IRD/Montpellier SupAgro
Partenaires: 

UMR SYSTEM - INRA/CIRAD/ Montpellier SupAgro ; Institut Français de la Vigne et du vin ; UMR INNOVATION - INRA/CIRAD/Montpellier SupAgro ; UR BIA - INRA ; CEFE - CNRS/CIRAD/Univ Montpellier I, II et III/Montp. SupAgro ; UMR LISTO - INRA/AgroSup Dijon - Chambre d'agriculture de l'Hérault ; Envilys

Résumé: 

 

Le maintien ou la restauration de la fonction de régulation des flux d’eau et de pesticides sont des enjeux particulièrement importants en région viticole méditerranéenne du fait des risques élevés de contamination des eaux par ruissellements polluants. Cette fonction, liée à un coefficient d’infiltrabilité du sol élevé, assure au sol un rôle de tampon par rapport aux crues, à l’érosion et, potentiellement, au transfert de pesticides. Maintenir ou restaurer la fonction de régulation du sol dans un bassin versant viticole revient à identifier des pratiques d’entretien du sol et des distributions spatiales de ces pratiques qui participent à la préservation ou restauration de l’infiltrabilité tout au long de l’année. Ces pratiques doivent par ailleurs être potentiellement acceptables par les viticulteurs. Identifier ces pratiques et leurs répartitions nécessite d’être en mesure d’évaluer leurs bénéfices et leurs coûts, c’est à dire : (1) les effets des pratiques et de leur répartition spatiale sur la fonction du sol à préserver et (2) les contraintes de mise en œuvre de ces pratiques. Sur ces deux points, les connaissances et les outils de modélisation sont encore insuffisants pour réaliser ces évaluations aux échelles spatiales et temporelles pertinentes.

 

L’objectif du projet est d’identifier et d’évaluer, en viticulture méridionale, les modalités d’entretien du sol et les répartitions spatiales de ces modalités permettant de réduire, à l’échelle du bassin versant, la contamination des eaux de ruissellement par les herbicides, tout en étant économiquement, techniquement et socialement acceptables par les viticulteurs.

 

La démarche repose sur l’identification à dire d’experts de stratégies de réduction de l’usage des herbicides, dites « stratégies candidates », à l’échelle du bassin versant. Ces stratégies définissent (i) des cibles à atteindre en termes d’intensité d’utilisation d’herbicide aux échelles de la parcelle et du bassin versant, (ii) des modalités d’entretien du sol permettant l’atteinte de ces cibles, tout en réduisant les risques de ruissellement et (iii) des règles de répartition des modalités entre les différentes parcelles en vigne du bassin versant.

 

Les stratégies ont été ensuite soumises à une double évaluation. Une première évaluation des performances environnementales et productives permises par la mise en œuvre de ces stratégies, a été effectuée aux échelles du bassin versant et/ou de la parcelle. Ces évaluations ont été réalisées à l’aide d’une chaine de modèles, dont certains ont été développés au cours du projet, originale. Une seconde évaluation des possibilités de changement de pratique à partir d'enquêtes auprès des agriculteurs a ensuite été effectuée. Cette deuxième évaluation a été réalisée sur la base d’entretiens auprès d’un échantillon de viticulteurs du bassin versant.

 

Les résultats de chacune de ces évaluations ont été comparés pour établir un bilan des impacts environnementaux et productifs des stratégies proposées. Ils doivent également fournir des pistes de choix de nouvelles stratégies mieux adaptées aux contraintes des viticulteurs. L’analyse à dires de viticulteurs et les résultats des évaluations par modèles convergent vers la question de l’introduction de plus de flexibilité dans la définition des stratégies de réduction des usages d’herbicide et des modalités d’entretien du sol associées.

 

Une analyse des réseaux socio-techniques existant sur le bassin versant du Rieutort montre une capacité sociale collective de changement en termes de pratiques. Alors qu’actuellement la norme concernant le contrôle de l’enherbement est centrée sur le désherbage chimique, la norme technique locale admet des pratiques alternatives sur une partie ou l’ensemble du bassin viticole.

 

Un séminaire de synthèse et de bilan réunissant les chercheurs, animateurs et gestionnaires de bassins a permis de confronter les avis sur les résultats obtenus. Des perspectives d’adaptation de la démarche et des modèles permettant une utilisation par les animateurs de bassins sont proposés.

Durée du projet: 
3 ans
Etat d'avancement: 
Terminé
Subvention: 
177 000 €
Les articles scientifiques et thèses :
 
  • Guilpart N., Metay A., Gary C. 2014. Grapevine bud fertility and number of berries per bunch are determined by water and nitrogen stress around fowering in the previous year. European Journal of Agronomy, 54, 9-20.
  • Gaudin R., Gary C. 2012. Model-based evaluation of irrigation needs in Mediterranean vineyards. Irrigation Science, 30(5), 49-459.
  • Pare N., Andrieux P., Louchart X., Biarnès A., Voltz M. 2011. Predicting the spatio-temporal dynamic of soil surface characteristics after tillage. Soil & Tillage Research, 114, 135-145.
Communiquer et enseigner :
 
  • Gary C., Gaudin R., Metay A. 2014. Gestion de l'entretien du sol et fonctionnement hydrique du vignoble.. Carrefours de l’Innovation Agronomique (CIAg) : « Viticulture et stress hydrique», Montpellier, Lien vers le site du CIAG.
Fichier(s) attaché(s)Mise à jourTaille
2015-04-02_SP3A-Rapport_Synthese-VF.pdf08/04/2015856.36 Ko
SP3A-ANDRIEUX-Fiche Projet.pdf28/01/2016253.14 Ko