Aller au contenu
Aller au menu
Aller à la recherche
Aller au pied de page

Le programme GESSOL

Enjeux et objectifs

Lieu d'échanges de matière et d'énergie à l'interface des principaux compartiments de l'environnement, les sols remplissent de nombreuses fonctions environnementales, assurant ainsi des services indispensables aux sociétés et au fonctionnement de la biosphère. Si leurs fonctions de production agricole et de support de construction sont reconnues, utilisées, voire protégées, leurs fonctions environnementales, telles que la régulation et le filtrage des eaux, leurs rôles dans l'atténuation et l'adaptation au changement climatique, ou encore comme support de biodiversité et de paysage, sont souvent mal perçues et très peu prises en compte par les politiques publiques et les usagers des sols (collectivités, agriculteurs, propriétaires forestiers, gestionnaires de milieux naturels, ...).

 

Les sols, qui sont des milieux non renouvelables à l'échelle de temps humaine, subissent des dégradations plus ou moins irréversibles. Les principaux risques de dégradations des sols identifiés en Europe sont : l'érosion, la diminution des matières organiques, les contaminations locales et diffuses, le tassement, l'acidification, l'imperméabilisation, la réduction de la biodiversité, la salinisation, les inondations et les glissements de terrain. Ces dégradations influencent directement leurs fonctions environnementales et affectent la qualité de l'eau et de l'air ainsi que la biodiversité de nombreux écosystèmes. Or les demandes et les pressions sur les sols vont croître très rapidement dans les années à venir - avec les agrocarburants, l'augmentation de la demande alimentaire, l'urbanisation... Les sols pourraient donc devenir l'un des premiers facteurs limitants du développement, avec un risque d'accélération de dégradations irréversibles de cette ressource.

 

A l'échelle nationale comme européenne, les sols ne font encore l'objet d'aucune législation globale et cohérente, contrairement à l'eau ou à l'air. Leurs utilisations durables et la préservation de leurs qualités ne sont prises en compte que de façon indirecte dans le cadre de législations sur l'eau, l'air, les déchets, l'urbanisme, les installations classées pour la protection de l'environnement ou du droit rural, chacune avec un angle d'attaque différent. Cette dispersion rend la préservation des sols complexe et incomplète. En 2006, la Commission Européenne a publié une « Stratégie thématique en faveur de la protection des sols ». Même si, depuis, l’Union Européenne n’a toujours pas validé une directive cadre européenne sur la protection des sols, les préoccupations sur la qualité des sols et les services qui leurs sont associés sont plus que jamais d’actualité. En effet, le caractère non renouvelable du patrimoine sol est prégnant et il est de plus en plus urgent de s'intéresser aux menaces qui pèsent sur les sols et de poursuivre les recherches visant à combler les déficits de connaissances sur leurs fonctions et les modalités de leur protection.

 

Carabe illustration de Beatrice Saurel

 

Le programme GESSOL a pour objectifs :

  • d'éclairer les politiques publiques afin de réduire les risques de dégradation des sols et d'améliorer la prise en compte de leur multi-fonctionnalité.
  • d'apporter des recommandations et des outils aux usagers des sols pour développer une gestion durable de cette ressource.

Pour répondre à ces problématiques obligatoirement pluri-disciplinaires, le programme GESSOL a pour ambition de structurer une communauté de recherche, en fédérant des chercheurs issus des sciences bio-physiques (écologues, agronomes, pédologues, physiciens et chimistes du sols, biologistes) et des sciences humaines et sociales (économistes, sociologues, juristes, ethnologues, ...).

 

Lien vers la documentation du programme